IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une nouvelle action en justice accuse des cadres supérieurs d'IBM de tromper les investisseurs en déplaçant les revenus de mainframes
Pour faussement stimuler ses activités liées à l'IA et au cloud

Le , par Nancy Rey

30PARTAGES

10  0 
Une action en justice a été déposée contre 13 dirigeants actuels et anciens d'IBM, dont le PDG et président du conseil d'administration Arvind Krishna et l'ancienne PDG Ginni Rometty, accusant la société de fraude boursière. La fraude regroupe les ventes d'ordinateurs centraux avec celles de produits peu performants afin de les faire paraître plus rentables qu'elles ne l'étaient en réalité. La plainte dénonce le fait que la société et certains de ses dirigeants "se sont engagés, en toute connaissance de cause ou par imprudence, dans un dispositif, un plan ou un artifice visant à frauder, et se sont livrés à des actes, des pratiques et des modes de conduite commerciale destinés à tromper les investisseurs".


IBM, ainsi que 13 de ses cadres actuels et anciens, est sur le banc des accusés. Les investisseurs affirment que le géant de l'informatique a utilisé les ventes d'ordinateurs centraux pour soutenir frauduleusement des secteurs plus récents et plus à la mode de son activité. En effet, IBM a trompé le marché sur ses progrès dans le développement de Watson, des technologies en cloud et d'autres nouvelles sources de revenus, en classifiant délibérément de manière erronée l'argent qu'elle gagnait grâce aux contrats portant sur les ordinateurs centraux, en attribuant cet argent à d'autres produits. L'action en justice a été déposée le 13 janvier devant le tribunal de district des États-Unis pour le district sud de New York, et vise à obtenir le statut de recours collectif pour toute personne ayant acheté des actions IBM entre le 4 avril 2017 et le 20 octobre 2021.

Succinctement, il est présumé qu'IBM a fait la promotion de ses produits moins populaires de cloud, d'analyse, de mobile, de social et de sécurité (CAMSS) en tant « qu'opportunités de croissance », ce qui a permis aux investisseurs de penser qu'ils étaient très demandés alors qu'en fait, ils étaient rattachés à des accords de licence d'entreprise (Enterprise License Agreement : ELA) de trois à cinq ans pour les gros ordinateurs centraux qui étaient populaires auprès des clients des grandes banques, des soins de santé et des compagnies d'assurance.

« Les défendeurs ont induit le marché en erreur, en s'engageant dans un stratagème frauduleux visant à déclarer des milliards de dollars de revenus du segment mainframe et d'autres revenus non stratégiques comme étant des revenus Strategic Imperatives et CAMSS (Cloud, Analytics, Mobile, Security, and Social), permettant aux défendeurs de déclarer publiquement des informations sectorielles matériellement faussées... Les Défendeurs ont présenté les Impératifs stratégiques et le CAMSS comme ayant une croissance matériellement supérieure à la croissance réelle, ce qui a donné une image matériellement fausse de l'abandon par IBM de son segment stagnant des ordinateurs centraux », indique la plainte.

IBM aurait également réaffecté les revenus de son segment non stratégique Global Business Services (GBS) aux produits d'IA de la marque Watson dans le but de convaincre les investisseurs que la société s'étendait avec succès au-delà de ses activités traditionnelles. La marque Watson est un impératif stratégique inclus dans le portefeuille de produits CAMSS. En conséquence, « les titres d'IBM se sont négociés à des prix artificiellement gonflés », ce qui a entraîné des dommages financiers pour les personnes ayant acheté des actions de la société au cours de la période couverte par la plainte, d’après la plainte.

Selon IBM, les « impératifs stratégiques » sont des produits et des initiatives qui fournissent « une croissance et une valeur axées sur la différenciation ». IBM a indiqué que « l'engagement de longue date d'IBM en matière de confiance, d'intégrité et de responsabilité s'étend à tous les aspects de nos activités commerciales... Une plainte similaire a déjà été volontairement rejetée ».

En fait, le même plaignant qui a déposé la plainte la semaine dernière (le June E. Adams Irrevocable Trust au profit d'Edward Robert Adams et d'autres personnes qui pourraient se joindre à la plainte) a déposé une plainte similaire en avril dernier, puis a déposé un avis en septembre demandant le rejet volontaire de l'affaire sans préjudice, se réservant la possibilité de déposer à nouveau la plainte. Dans l'affaire déposée en avril dernier, il était allégué qu'IBM avait gonflé le cours de ses actions et trompé ses actionnaires en transférant des revenus de ses activités non stratégiques liées aux ordinateurs centraux vers ses secteurs d'activité stratégiques. Cette précédente action en justice alléguait en outre qu'en présentant de manière inexacte la véritable nature des revenus de CAMSS, elle permettait aux cadres d'IBM de toucher des primes plus importantes que celles qu'ils auraient reçues autrement. Bien que cette nouvelle action en justice allègue une fois de plus qu'IBM a stratégiquement déplacé des revenus, elle omet l'accusation relative aux primes des cadres.

Selon le système d'enregistrement électronique PACER, la nouvelle affaire a été renvoyée au juge de district Vincent L. Briccetti, qui devra décider s'il convient de certifier le statut de recours collectif pour l'action en justice.

Briccetti est actuellement en train de statuer sur un autre procès en cours intenté contre IBM. Dans cette affaire, déposée en mars de l'année dernière, Gerald Hayden, un ancien employé d'IBM, accuse cette dernière de vol de secrets commerciaux et de propriété intellectuelle. Hayden prétend que, lorsqu'il travaillait pour IBM, la société a utilisé illégalement sa méthode commerciale exclusive (A2E) qu'il avait mise au point pour rationaliser les ventes aux entreprises. « IBM a ainsi utilisé la proposition de valeur d'A2E pour conduire la prétendue réinvention d'IBM en tant que leader dans l'industrie de l'informatique en nuage hybride et en tant que consultant inestimable pour les services financiers. Pour ajouter l'insulte à la blessure, après avoir volé la méthodologie commerciale exclusive d'A2E du demandeur Hayden et l'avoir dépouillé de sa base de clients, IBM a peu après licencié le demandeur pour 'manque de travail' », selon la poursuite.

Une plainte similaire a été déposée il y a un an. La nouvelle plainte modifie les revendications initiales. L'année dernière, le conseil d'administration d'IBM a également été saisi d'une demande de révision des déclarations de revenus. Parmi les questions soulevées figurait celle de savoir si les revenus étaient affectés à l'augmentation des primes des cadres. IBM exploite l'un de ses plus grands campus d'entreprise à RTP, possède la société Red Hat basée à Raleigh et emploie des milliers de personnes en Caroline du Nord.

Source : Plainte

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des allégations portées contre IBM ?

Voir aussi :

IBM confirme qu'un nouveau mainframe de la "série Z" "tardivement" au cours du premier semestre 2022, et devrait lui permettre d'augmenter ses revenus

IBM aide les entreprises à transférer leurs applications mainframe vers le cloud, en lançant IBM Z as-a-service sur IBM Cloud et IBM Wazi as-a-Service, ainsi que IBM Z and Cloud Modernization Stack

Des cadres d'IBM qualifient les travailleurs âgés de bébés dinosaures à pousser hors des bureaux dans des courriels internes publiés dans le cadre d'un procès pour discrimination fondée sur l'âge

IBM se bat pour régler encore plus de plaintes pour discrimination fondée sur l'âge, alors que l'entreprise est accusée d'avoir déjà enfreint les termes d'un accord antérieur

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 19/01/2023 à 10:53
Les entreprises qui présentent des chiffres bidonnés, ce n'est pas un scoop.
Ce qui est finalement intéressant ici, c'est de noter que le marché des mainframe reste particulièrement juteux pour IBM.
Quant on sait que nombreux sont ceux qui n'ont de cesse d'en prédire la fin depuis le début des années 90, c'est plutôt amusant

Le triptyque mainframe+DB2+Cobol a encore de beaux jours devant lui
4  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/01/2023 à 12:56
Watson a fait un bide, leurs services Blockchain encore un bide, d'autant que ça sert généralement à rien, et leurs services Cloud encore un bide. Ça m'avait surpris qu'ils annoncent d'aussi bons résultats sur ces activités à bide, et bien maintenant on sait ce qui s'est vraiment passé.

Les vrais génies du secteur Cloud et IA sont partis travailler le plus souvent chez AWS, Microsoft ou Google ou certaines startups IA, pas chez IBM manifestement.
1  0